Nous ne mangerons plus de ce pain-là

 

« L’expression française : « ne mange plus de ce pain-là » se dit d’une chose qu’on méprise et qu’on refuse avec indignation. »

Colette Guillemard, Les mots d’origine gourmande

IMG_1966
”Nous ne mangerons plus de ce pain là”, série de 7 scanographies de mixture de pain et d’eau tirés sur papier photographique et placées dans les anciens cadres des portraits de Ben Ali récupérés du ministère de l’emploie. Sous chaque tableau une date clés du règne de l’ex président : allant de sa prise du pouvoir le 7 novembre 1984, passant par 5 mandats et terminant par sa chute le 14 janvier 2011. dimensions variables, 2011.

Khobz ou mé, ou ben Ali lé! (Pain et eau et Ben Ali NON!)

Nous ne mangerons plus de ce pain la

 

IMG_3739

« J’ai été particulièrement marquée par ce slogan que moi-même j’avais crié le 14 janvier 2011 devant le ministère de l’intérieur, la peur au ventre d’être tuée par un sniper sur l’un des toits des immeubles qui nous entouraient. Avec toutes les informations qu’on avait absorbé sur le chemin de l’aller, des témoignages à la radio de personnes se trouvant dans les périphéries de l’avenue Habib Borguiba, prévenant qu’il y’aurait bien des snipers, on pensait réellement qu’on allait tous y passer…

Une fois sur place, me trouvant directement dans un mouvement de foule, une véritable marée humaine, qui clamait à l’unisson plusieurs slogans clairs et directs pour un changement radical et inespéré, dont cette phrase « Khobz ou mé, ou Ben Ali lé » (Pain et eau et  Ben Ali NON). Chargée en elle-même de sens et d’une forte symbolique se rapportant à notre histoire et à notre rapport « de tunisien » au pain d’une part, et d’autre part voulant montrer de quoi on serait capable pourvu qu’on puisse se débarrasser d’autant d’injustice, de despotisme, de fascisme, de 23 ans 2 mois et 7 jours d’une longue et interminable dictature… pour moi, cela représente quasiment toute ma vie, je peux dire que je suis « le produit » de Ben Ali… On ne croyait pas qu’on pouvait s’en sortir saint et sauf. On ne croyait pas qu’on allait être aussi nombreux. On ne croyait pas qu’on allait être aussi unis. On ne croyait pas qu’on allait tous clamer d’une seule voix « Khobz ou mé, ou Ben Ali lé », et que ça allait changer l’histoire de notre Tunisie. »

7 novembre 1987

2 avril 1989

20 mars 199424 octobre 199924 octobre 200425 octobre 200914 janvier 2011

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s